Les dessous chics : le jour où j’ai brûlé les mi-bas

Les mi-bas tu connais ? Mais siiiiii, les espèces de chaussettes qui t’arrivent en dessous du genou et faites dans la même matière que les collants… Le truc le plus anti-glamour de l’existence si tu veux mon avis, option mamie incluse. Habillée, je ne dis pas, ça fait l’affaire et ça te permet de sortir tes jolies chaussures même par les grands froids… Par contre, dans l’optique de se dévêtir pour rejoindre l’homme sous la couette, ben on repassera… Adieu veau, vache, cochon, sensualité et sexytude… Parce que la sensualité et la sexytude, elles se sont fait la malle en même temps que le soleil, la chaleur, les jupettes et les poom poom shorts.

Lors d’un apéro avec ma BFF n°1, conversation pragmatique sur le sujet. Jusqu’au moment où la BFF laisse échapper la bombe : « ben moi, je suis passée aux bas. On s’habitue très bien aux porte-jarretelles, c’est confortable et les mi-bas, c’est quand même sacrément moche. Et puis, l’amoureux, il est très très content ». Bon, ok. J’entends les arguments et me promets d’essayer. Avec quand même dans le fond de ma tête l’avis de Maman lemon (qui remonte à une conversation familiale sur le thème strings, culottes et autres dessous…) : les porte-jarretelles, ça fait gourgandine. Précisons que Papa vodka, lui, n’était pas du tout du même avis. Passons.

N’écoutant que mon courage, je suis partie à l’assaut de la montagne pour trouver un spécimen sympa mais pas trop cher. On ne va pas trop prendre de risque pour un premier essai. Et là, on dit merci les promos du Monop’. Bref, après passage en caisse, le feu aux joues (nan, Vodka lemon n’est pas à l’aise de devoir payer ses petits achats sous le regard concupiscant du vendeur…), petit essai, histoire de voir ce que ça donne. Pas mal, je comprends.

Ou comment passer de ça :

mi-bas-grande-taille-boston-peau

à ça :

pin-up-bas-en-l-air-elvgren

Adoptés, qu’ils sont les bas. Il faut du temps mais on s’habitue. Et ce, malgré quelques expériences malheureuses où tu te retrouves accrochée au bras de l’homme, à lui glisser dans l’oreille que tu es en train de perdre ta culotte. God save the jean !

Au bout du compte, les mi-bas ont pris une bonne retraite méritée et sont décrépis au fond d’un tiroir, mais ça, ça me fait une belle jambe !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Les dessous chics : le jour où j’ai brûlé les mi-bas »

  1. heylinaa

    Haha j’ai bien aimé cet article, c’est (encore) plein d’humour, franchement j’adore !
    (et le moment où on se sent mal à l’aise, avec le vendeur et tout, on le vit toutes au moins une fois xD)

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s