Archives pour la catégorie Humeurs

Trente ans, bordel !!

Déjà, toutes mes confuses pour mon absence prolongée. Le boulot, les allers-retours pour aller voir l’Homme, les bières en terrasse… tout ça, tout ça.

Au fil que les jours avances, je me rapproche doucement mais très surement de la trentaine. Trente ans bordel !!!
Alors oui, certes, en soit, ce n’est pas un drame et c’est même un passage obligé. Le genre de truc devant lequel tu ne peux pas reculer. Mais bon sang, qu’est-ce ça m’emmerde !

A tel point que je me suis lancée dans une analyse très poussée, un soir au resto avec des amis et un bon pichet de vin rouge. Oui, dans certain cas, l’alcool pousse à la réflexion, voir même la créativité. Le problème c’est que, souvent, le matin, tu te rends compte à quel point ton éclair de génie n’était qu’un éclair d’alcool. Sauf que là, non. Pas eu assez d’alcool pour que cela dégénère.

Le changement de dizaine me travaille parce que tu quittes la vingtaine, époque bénie où, si tu te cherches, et bien c’est normal. La trentaine c’est les dix ans pendant lesquels tu es censée concrétiser. En bref, gravir les échelons dans ta boîte, te lancer dans le repeuplement de la planète, t’endetter sur les 25 prochaines années pour un chez toi, que même tu pourras casser des murs, tu t’en fous, t’es chez toi, déménager en banlieue ou à la campagne parce que c’est quand même mieux pour les enfants… Bonjour la pression !

Surtout quand la quasi intégralité de tes amis ont déjà pris une bonne longueur d’avance (sérieusement, plus de 10 bébés et 6 mariage en 18 mois ?! Je devrais prendre des actions chez Petit Bateau à ce train là !).

Surtout quand tu as une famille bourrée fort sympathique mais fort maladroite qui te demande régulièrement depuis que tu as 23 ans s’il ne serait pas temps de trouver un vrai travail ? Ou si tu ne devrais pas te trouver un copain ? Hell to the joy, j’ai coché ces deux cases. Je suis tranquille pour au moins 6 mois !

Heureusement, miss vodka lemon a une frangine qui lui rappelle que la trentaine c’est plutôt cool mais que par contre, l’arrivée de la quarantaine, là, c’est vraiment la merde !

A croire que, passé 20 ans, c’est toujours la même rengaine !

Publicités

IVG – Le droit de choisir

Toi qui a manifesté contre le droit à l’avortement, tu me colles la nausée. D’ailleurs, tu me collais déjà la nausée quand tu manifestais contre le mariage pour tous.

Mais à vrai dire, je dois te coller la nausée aussi. Que veux-tu, à ton sens je dois être une vraie dépravée ! Parce que pour toi, je dois être une bonne illustration du « mal ». C’est quoi cette fille de presque trente ans, qui n’est pas mariée, qui n’a pas d’enfants, qui vit dans le péché, qui milite pour que ces copains gays puissent aussi se marier. D’ailleurs, je peux rajouter à la liste de mes « tares » que je suis une vilaine tatouée, qui boit bien sa part de vodka, qui est pour l’euthanasie et qui compte bien faire ce qu’elle veut de son corps. Parce que mon corps, ben tu vois, il est à moi et je le prête bien à qui je veux et si, quelque soit la raison, je n’ai pas envie d’y abriter un petit habitant, et bien je ne le ferai pas. Tu trouves criminel qu’on puisse se faire faire un IVG, et bien je trouve ça criminel qu’on oblige quelqu’un à porter un enfant qu’il ne souhaite pas, qu’il ne peut pas assumer et qu’il aura du mal à aimer.

Lire la suite

Un jour, j’ai été vendeuse.

Dans quelques heures vont commencer les soldes, la chasse aux bonnes affaires, la course à l’essayage, la guerre de la dernière taille… Que veux-tu pendant les soldes, c’est la loi de la jungle qui règne (d’ailleurs, si tu me piques la paire de chaussures que j’ai repéré, je t’arrache le cœur à la petite cuillère, tu es prévenue). Bref, en ces quelques semaines de lutte acharnée où tous les coups sont permis, j’ai une pensée pour les vendeuses qui vivent une de mes versions de l’enfer (une autre de mes versions de l’enfer, c’est de passer une journée à KidExpo…).

trouvez-le-sac-a-main-adequat-pour-les-soldes

Parce que vois-tu, j’ai été vendeuse quelques mois et face aux clientes chiantes, tu imagines tout un tas de techniques de torture bien pire que l’arrachage de cœur à la petite cuillère. (psychopathe en puissance… Je te rassure, j’ai changé de voie depuis).

Lire la suite

2014 – La liste de mes envies

Bon on est déjà le 6 janvier mais c’est pas grave, les vœux, c’est jusqu’au 31 ! Alors je te souhaite une très belle nouvelle année ! On croise les doigts pour que 2014 soit pleine de surprises, d’amour, de réussite, de bonheur, de vodka et de citron… Enfin tout ce qui peut te rendre cette nouvelle année inoubliable !

2014

Après un2013 éprouvante, je n’aspire qu’à une chose : la sérénité ! C’est mon mot d’ordre pour l’année de mes 30 ans (aïe, le coup de vieux), la sérénité, l’épanouissement. Cette année, c’est moi d’abord. Ca peut paraître égoïste mais j’ai besoin de me recentrer, de me faire passer en premier pour aborder la vie de manière positive et pour être là pour ceux qui comptent.

Lire la suite

2014, je t’attends !

C’est un peu con mais j’attends 2014 avec impatience.

J’ai beau savoir que changer un chiffre ne change fondamentalement rien, j’attends malgré tout. Comme si changer un 3 en 4 allait permettre de tourner une page sur une année particulièrement difficile et compliquée. Comme si la symbolique de la nouvelle année allait me permettre de commencer un nouveau chapitre, tourner définitivement la page de mes emmerdes et de poursuivre les belles histoires sur des bases encore plus solides. Comme si une nouvelle année allait pouvoir me permettre de reprendre confiance en moi, de retrouver un nouveau souffle, de repartir à la conquête et de réaliser de nouveaux défis.

happy-new-year-2014-message-over-black-background

Lire la suite

Pôle emploi, mon amour : le jour où l’on t’apprend que t’a raté ta vocation.

Ah pôle emploi, si tu savais… Grâce à toi, j’ai découvert que je m’étais lourdement trompée. Pas une toute petite erreur, non, une bien grosse : j’ai loupé ma vocation.

Oui, grâce à toi, j’ai découvert que mes 5 ans d’études et les 2 ans que j’ai passé hors du territoire pour améliorer ma connaissance des langues étrangères pour avoir un profil d’employée parfaite, c’était du pipi de chat.

POLE_EMPLOI_NEW_13-11

Lire la suite

La recherche d’emploi : va mourir, morue !

Comme je l’ais déjà dit, je suis pôle employée depuis quelques mois. J’ai préféré partir d’une entreprise où je ne me sentais pas bien, partant du principe que ton job, tu l’aimes ou tu le quittes !

 Bref, passons sur les prises de tête avec mon « employeur » actuel, des problèmes de papiers (joie de l’administration française), l’ennui qui te gagne parfois et l’envie d’étrangler toute personne qui te pose cette question : « alors t’as fait quoi aujourd’hui ? »… Honnêtement, les activités de mes journées sont assez limitées, ce n’est pas la peine de retourner le couteau dans la plaie. Lire la suite